This site requires JavaScript to function.

Some things may work, but others will definitely not.

How to enable JavaScript

TimeBank New Brunswick

Une banque de temps, alternative au système monétaire / TimeBank, an alternative monetary system

Une banque de temps, alternative au système monétaire

Un couple de Shediac a mis en place une banque de temps, un mode d’échanges de services et de compétences entre citoyens. Plutôt que de l’argent, les membres troquent du temps.

Alana Paul et Daniel Daigle ont créé la banque de temps du Nouveau-Brunswick en août 2015. Par le bouche-à-oreille, elle compte désormais une soixantaine d’adhérents situés dans la région de Shediac et de Moncton.

Lorsque quelqu’un offre une heure de son temps pour rendre un service, il gagne un crédit, ou «time dollar». La personne peut ensuite utiliser ces heures pour obtenir les services d’autres membres quand elle le souhaite.

«La différence avec le troc, c’est que vous n’échangez pas avec une seule personne mais avec un groupe», explique Alana Paul.

Le site de la banque de temps permet aux internautes d’afficher des requêtes (leçons de guitare, cours de français, correction de CV, transport) ou des offres (mettre en conserve, garder les enfants, paver un jardin). 564 heures ont déjà été échangées.

Lien https://nb.timebanks.org/

Née aux États-Unis en 1991, l’idée est à contre-courant du système monétaire que l’on connaît. L’argent est complètement exclu.

Chaque heure a la même valeur: une heure dispensée par un professionnel de la santé surdiplômé équivaut exactement à une heure de travail manuel. «Il s’agit de respecter le temps d’une personne de la même façon, et de récompenser le travail de quelqu’un de façon égale», ajoute Alana.

Les deux conjoints ont fait de l’acupuncture leur profession mais n’hésitent pas à faire profiter de leur connaissance de la médecine chinoise contre d’autres faveurs.

Le système permet aussi de partager un savoir-faire dont on n’a pas fait son métier ou de bénéficier de services qui ne se vendent tout simplement pas. «Le rangement du bois a été très populaire à l’automne. Certains ne veulent pas payer une personne pour nettoyer la maison, mais préfèrent passer du temps avec quelqu’un et faire le ménage ensemble.»

La banque est donc un moyen de rencontrer de nouvelles personnes et d’avoir un peu de compagnie. «Ce que j’aime beaucoup, c’est que ça rappelle les petits villages acadiens, il y 60 ans passés. Si une famille manquait de patates, les autres allaient en rapporter», partage Daniel Daigle.

Nul besoin d’être expert dans un domaine, assurent les fondateurs. «On a tous quelque chose à offrir. Ce qui est important c’est la réciprocité. Le problème le plus courant est que les personnes donnent plus qu’elles ne reçoivent. Ce ne pas que les gens sont avares, ils économisent leur temps plus qu’ils ne le dépensent.»

Or il est tout à fait possible de «s’endetter», ou plutôt d’avoir reçu plus d’heures qu’on en a donné. «Ce n’est pas grave d’être au-dessous de zéro puisque vous encouragez les gens à faire des échanges, poursuit Alana Paul. La plupart des gens sont habitués à devoir mériter une monnaie pour la dépenser, nous on fonctionne différemment.»

Aucun frais n’est demandé pour rejoindre l’organisation, en revanche il faut participer à une session d’orientation pour comprendre les principes de la banque de temps. Alana Paul organise deux à trois réunions par mois à Moncton ou à Shediac.

Le couple s’apprête à ajouter du contenu au site internet et à le traduire en français. «Le but c’est de développer ça partout dans la province, d’avoir une branche à Saint-Jean, dans la Péninsule acadienne», indique Daniel Daigle. La porte est donc ouverte à d’éventuels coordinateurs d’autres régions.

 

A couple in Shediac has set up a TimeBank, a mode of trade in services and skills among citizens. Instead of money, members barter time.

Alana and Paul Daniel Daigle created TimeBank New Brunswick in August 2015. Currently, they now have sixty members located in the region of Shediac and Moncton.

When someone offers an hour of his time to make a service, he receives a credit, or "time dollar". The person can then use these hours to get the other member services when they want to.

"The difference from barter is that you do not exchange with only one person but with a group," says Alana Paul.

The TimeBank site allows users to post queries (guitar lessons, French lessons, resume correct, transport) or offers (canning, babysit, till a garden). 564 hours have already been exchanged.

Their website is: https://nb.timebanks.org/ link

Created in the United States in 1991, TimeBank is an alternative idea to the current monetary system as we know it. Money is completely excluded.

Everyone’s time has the same value: one hour given by a healthcare professional is exactly equivalent to an hour of manual labor. "This is to respect the time of a person in the same way, and reward the work of someone equally," says Alana.

Both spouses have the acupuncture profession but do not hesitate to share their knowledge of Chinese medicine in exchange for other services.

The system also allows you to share know-how outside your regular job, or get help for things we normally would not want to pay for. "Stacking firewood was very popular in the fall. Sometimes people don’t need someone to clean the house, but would prefer to spend time with someone and do housework together. "

The bank is therefore a way to meet new people and have some company. "What I really like is that it reminds me of small Acadian villages like 60 years ago. If a family lacked potatoes, the others would divide up theirs," shared Daniel Daigle.

No need to be expert in a field, say the founders. "We all have something to offer. What is important is reciprocity. The most common problem is that people give more than they receive. Not that people are greedy, they save their time and do not spend it. "

Now it is quite possible to "borrow" or rather to have received more hours than we have given. "It's OK to be below zero since you encourage people to trade,” says Alana Paul. Most people are used to having to earn currency for spending, but we work differently. "

No fee is required to join the organization, but you must participate in an orientation session to understand the principles of the time bank. Alana Paul organizes two to three meetings per month Moncton or Shediac.

The couple is getting ready to add content to the website and to translate it into French. "The goal is to develop it throughout the province, to have a branch in Saint John, in the Acadian Peninsula," said Daniel Daigle. The door is open to possible coordinators other regions.